LE CYCLE VEGETAL

 

La moutarde condimentaire de la famille des crucifères est une culture de printemps ,un cycle végétal court , qui ne résiste pas au froid .Nous cultivons une variété ancienne et rustique. Cette culture très peu exigeante en engrais et en oligo-éléments convient parfaitement à l'agriculture intégrée .

Une dose de semence à l'hectare réduite de 30 % par rapport à une agriculture raisonnée ,un nombre de plantes au mètres carré beaucoup plus faible ,donc un besoin en engrais réduit et beaucoup moins de risque de développer des maladies du feuillage .

Un rendement à l'hectare plus faible, largement compensé par des coûts de productions moindres et surtout une qualité gustative supérieur .


Décembre :

La parcelle de terrain sur laquelle on doit semer la moutarde est labourée au début de l'hiver. Le froid, le gel et la neige sont des facteurs importants pour la réussite de la culture. Le gel a un rôle mécanique sur la structure du sol, le froid lui, éliminera les insectes prédateurs de la culture .


Avril :

SEMILe semis est fait avec un semoir mécanique. Les rayons sont distants de 15 centimètres. Le sol est roulé pour obtenir une surface bien plane, puis nous appliquons un désherbant de post-semis pré-levée. Il empêchera les mauvaises herbes de se développer. Après quelques jours (de 5 à 8 jours suivant la chaleur et l'humidité) les petite plantes lèvent, les deux cotylédons puis les premières feuilles apparaissent.

La fertilisation : comme toute les plantes, la moutarde a des besoins en éléments fertilisants. L'azote, élément le plus important est apporté au début du cycle. Si les reliquats de la culture précédente sont suffisants il n'y aura pas d'apport d'azote, cela sera déterminé par une analyse de sol. S'il y a des besoins ils ne seront jamais très élevés. Il n'y aura pas d'apport de phosphore ou de potasse car les restitutions de la culture précédente suffisent.


Mai :

moutarde

Les feuilles grandissent et apparaissent deux par deux, les plantes recouvrent toute la surface du sol. Puis c'est la montaison, les tiges commencent à grandir. Sur la tige principale naissent des tiges secondaires.Vient ensuite l'apparition des boutons floraux. C'est aussi à ce stade qu'apparaissent les méligèthes, ces petits insectes recouverts d'une carapace noire et qui ne se nourrissent que du pollen des crucifères. Dès les premières fleurs ouvertes, cet insecte qui est un prédateur des boutons (qu'il doit percer pour accéder au pollen) devient un pollinisateur au même titre que les abeilles.


 

moutardeJuin :

Les premières fleurs se sont transformées en siliques, sortes de gousses qui contiennent les minuscules graines de moutarde. A la mi-juin la culture est complètement défleurie, les abeilles ont quitté la culture à la recherche d'autres fleurs. Dans cette culture, aérée et très peu dense, les maladies du feuillage n'ont que très peu de chance d'apparaître car le vent suffira à préserver un état sanitaire satisfaisant.


Juillet :

La culture commence à changer de couleur, elle passe du vert clair au vert foncé, pour devenir de couleur marron. Les tiges sous l'effet de la chaleur se déshydrate entièrement.


Août :

recolte

Au début du mois d'août les graines mûrissent et deviennent complètement noires. Leur taux d'humidité descend à 8%. La récolte peut débuter.

Elle se fait avec une moissonneuse-batteuse, le même matériel que pour la récolte du blé, de l'orge ou du colza. Les graines une fois récoltées sont triées à la main au tamis, puis pour obtenir une conservation parfaite, elles sont séchées au soleil pour atteindre un taux d'humidité de 5 %.

Ensachées en sacs de 30 kilos, elles sont livrées à la moutarderie ou elles seront transformées en différentes moutardes.

 


/
Bienvenue sur le site lesmoutardesduvexin.fr. Tous droit réservés. Copyright © 2011.